WDW J14 – Journée tranquille à Magic Kingdom et repas au ‘Ohana

Une fois n’est pas coutume, nous prenons notre temps. Sans réveil programmé, nous lézardons sous la couette et nous levons plus tard que d’habitude. On se prépare sans se presser (c’est aussi ça les vacances) et arrivons au parc… à midi !

12h30: Repas au Columbia Harbour House

Il faisait partie des restaurants que nous voulions tester, pour son fameux « Lobster Roll », un pain brioché fourré au homard et à la mayonnaise à l’ail. Nous avons donc changé nos plans (nous devions normalement manger au restaurant mexicain Pecos Bill) et sommes allés au Columbia Harbour House. Nous nous installons à une table à l’étage (peu de monde sait que cet étage existe, et l’endroit est beaucoup plus calme que le rez-de-chaussée). On passe commande sur l’application smartphone: filets de poulet frits pour les enfants, funnel cake à la fraise pour Amandine (une vraie Américaine, elle brunche), et évidemment, lobster roll pour moi !

Un message s’affiche sur notre téléphone: la commande est prête. Je me rends au rez-de-chaussée pour récupérer le plateau et remonte retrouver la famille. Amandine se régale avec son funnel cake, une pâte à beignet très fine et donc croustillante, avec chantilly, sucre glace et fraises compotées. De mon côté, je ne fais qu’une bouchée du lobster roll. Il y en aurait eu un peu plus, ça n’aurait pas été de trop ! C’est bien la première fois que l’on a cette impression de faim en sortant d’un restaurant à Walt Disney World ! Attraperait-on un appétit américain ?

Buzz Lightyear’s Space Ranger Spin

C’est le début d’après-midi, et on décide de commencer notre programme d’attractions. Direction Tomorrowland et l’attraction Buzz Lightyear’s Space Ranger Spin. Une attraction équivalente à celle de Disneyland Paris, sauf qu’à Orlando, les pistolets ne se détachent pas du siège. Résultat: c’est beaucoup plus difficile de viser les cibles, et on s’amuse moins… (J’avoue, j’ai fait un score minable)

Ce qui est sympa, en revanche, c’est d’avoir une petite vidéo à la sortie de l’attraction !

Carousel of Progress

Direction ensuite le fond de Tomorrowland, pour découvrir l’attraction Carousel of Progress. Un manège imaginé par Walt Disney himself pour l’exposition universelle de 1964 à New York. Il s’agit d’un théâtre circulaire: les sièges tournent autour d’un plateau central et chaque scène représente une famille américaine évoluant à travers le 20ème siècle. La première scène se déroule en 1900, la deuxième en 1920, la troisième en 1940, et la dernière… dans le futur. Les grincheux diront que l’attraction a mal vieilli, mais on a adoré son côté kitsch ! Certes, les animatronics n’ont pas une fluidité de mouvement comme ceux d’aujourd’hui. Il n’empêche: en 1964, cette attraction devait être une véritable prouesse technologique ! On se rend compte aussi que Walt Disney était un visionnaire, puisque dans la dernière scène, les appareils se contrôlent à la voix, et l’un des enfants jouent à un jeu vidéo en réalité virtuelle.

PeopleMover

Toujours à Tomorrowland, on enchaîne avec le PeopleMover. Il s’agit d’un monorail qui fait le tour du land, en pénétrant dans certaines attractions. On y découvre des maquettes, on entend les cris des personnes dans SpaceMountain… mais le mouvement de la machine nous berce, et on piquerait facilement du nez à l’intérieur du wagon si on n’avait pas un programme à tenir !

Seven Dwarfs Mine Train

Pour nous réveiller, rien de tel qu’un parcours mouvementé dans la mine des 7 nains ! L’attraction est toujours aussi sympa, même si on regrette encore qu’il n’y ait pas plus de saynètes à l’intérieur. Le ride passe trop vite. Heureusement qu’on avait un Fastpass, car honnêtement, nous ne ferions pas 2 heures d’attente pour monter à bord…

Photo avec la Marraine la Bonne Fée

Gabin étant toujours trop petit pour faire l’attraction, nous utilisons le système Baby Switch. Pendant qu’Ethan fait l’attraction avec Amandine, je me place dans la queue pour faire une photo avec Anastasie et Javotte, près des tourelles du château. Alors qu’Amandine arrive, les deux soeurs s’en vont ! Mais la déception de les voir partir est vite dissipée, puisque c’est la Marraine la Bonne fée qui vient prendre leur place ! Elle est adorable, douce avec les enfants, à qui elle offre un autographe qu’elle fait apparaître de la doublure de sa manche, comme par magie !

Un peu de shopping…

Nous décidons de faire un peu de shopping. Amandine craque pour quelques bijoux: un collier « I live in Fantasyland », un autre avec la Tour de Raiponce, et un dernier avec quelques breloques de Magic Kingdom. On en profite également pour s’acheter quelques gourmandises…

… et beaucoup d’angoisse

En sortant de la boutique, on décide de s’arrêter et de faire un point sur les comptes. Et là, catastrophe. Depuis le début du séjour, tous nos achats sont réglés avec notre Magicband, le bracelet magique qui nous sert de billet d’entrée, de Fastpass, de clé pour notre chambre d’hôtel, et donc, de moyen de paiement, puisque nous avons lié notre compte Revolut, qui permet de régler sans frais à l’étranger (pour en savoir plus, notre article est à lire ici).

Sauf que lorsque vous payez avec le MagicBand à Walt Disney World, la somme n’est pas débitée immédiatement. Elle est bloquée, et débitée à la fin de votre séjour. Ca peut paraître anodin, mais pas vraiment. Car pour Revolut, l’argent bloqué est considéré comme débité. Résultat: il faut avoir la somme en double sur votre compte. Dans le cas inverse, lorsque Disney voudra débiter la somme à la fin du séjour, il y aura un refus de Revolut, puisque la banque en ligne considèrera que ça a déjà été fait, et donc les fonds ne seront pas disponibles !

Bref, après des manipulations complexes, des transferts d’argent d’un compte à un autre, on parvient finalement à remettre de l’argent sur notre compte Revolut, pour éviter tout problème.

Promenade à Frontierland

Pour se remettre de nos émotions, on embarque à bord du bateau qui fait le tour de Frontierland. C’est sympa, mais ça casse pas trois pattes à un canard… On poursuit ensuite notre promenade à pied, et on se dirige vers l’attraction Country Bear Jamboree. Un petit spectacle sympa avec un orchestre d’ours et des élans empaillés sur les murs qui se mettent eux aussi à parler et à chanter. C’est plutôt rigolo, et à voir au moins une fois avec des enfants. En sortant de l’attraction, on tombe sur des personnages en train de faire une chorégraphie. Autour, les gens dansent eux aussi. Tranquillement, sans se jeter sur les personnages pour faire des photos. Il y a une ambiance bon enfant. Quand la danse se termine, les personnages s’en vont sans que personne ne leur court après, sans que les Cast-Members qui les accompagnent ne doivent faire la loi pour se frayer un chemin. Vraiment, la discipline des visiteurs américains, qui tranche littéralement avec ce qu’on peut voir à Disneyland Paris, aura été l’une des choses les plus marquantes de notre séjour.

Repas à l’Ohana

Il est 19h. Nous quittons Magic Kingdom. Juste en face de l’entrée du parc, avant même le parking des bus, se trouve un embarcadère qui permet d’accéder en bateau à plusieurs hôtels à proximité. Ce soir, nous avons une réservation au restaurant ‘Ohana, dans l’hôtel Polynesian Resort. On monte à bord d’un petit bateau, et nous voguons vers notre destination, avec un paysage incroyable. Le soleil se couche sur la Floride, le ciel prend une teinte orangée, et l’horizon est simplement découpé par les ombres des palmiers sur les rives du lac. A tous ceux qui pensent qu’un voyage à Disney, c’est juste « faire des manèges », la réponse est là. Non, un voyage à Disney, c’est aussi prendre du bon temps au bord d’une piscine, se régaler dans un bon restaurant, se couper du monde extérieur en navigant à bord d’un petit bateau, sur un lac au soleil couchant… et juste profiter.

Le bateau faisant plusieurs escales avant d’arriver au Polynesian Resort, nous arrivons juste à l’heure de la réservation. Pas le temps de visiter l’hôtel, nous nous rendons directement au restaurant, où nous sommes placés au centre de la salle. Pas le temps non plus de savourer un cocktail, tout s’enchaîne très vite. Le ‘Ohana est l’un des restaurants les plus prisés de Walt Disney World, et cela se fait hélas ressentir sur le service ce soir-là. Il faut que la machine tourne vite et bien, et que la table soit libérée pour pouvoir accueillir d’autres clients après nous. A peine le temps de déguster la salade d’accueil et le pain à l’ananas que le plat arrive. Le gros poêlon, avec nouilles sautées, légumes grillés, ravioles de porc et ailerons de poulet, est posé sur la table. Les serveurs arrivent avec de grandes broches de viandes rôties, et nous proposent crevettes, poulet, porc, et boeuf. Tout est délicieux. C’est un régal, un des meilleurs repas du resort. Malheureusement, les portions sont énormes (qui est capable de manger tout ça ?), et le gâchis est gigantesque. L’estomac se remplit d’autant plus vite que le service est encore une fois très rapide, donnant réellement l’impression qu’il faut qu’on se dépêche de manger pour libérer la place. Mais pas le choix: si on veut réussir à avaler une bouchée du dessert, notre estomac doit faire une pause. On profite d’une animation musicale pour faire participer les enfants à une danse hawaïenne, collier de fleurs autour du cou. En plus de créer de jolis souvenirs, ce temps mort dans le repas est réellement le bienvenu.

C’est déjà l’heure du dessert: un pudding de pain, avec boule de glace à la vanille et coulis au caramel. Un coulis servi dans le même récipient que la sauce proposée avec la viande, resté sur la table. Le récipient est le même, la couleur est la même… mais le goût, pas du tout ! Amandine en fera l’amère expérience en se trompant de récipient et en ajoutant le reste du pot sur son pudding. Beurk ! Heureusement qu’il n’en restait qu’un petit morceau !

C’est ainsi que se termine notre journée. Au départ, nous avions prévu de regarder le feu d’artifice de Magic Kingdom depuis la plage du Polynesian Resort. Mais le service a été beaucoup plus rapide que prévu, et il faudrait que nous attendions une heure pour assister au spectacle. Fatigués, nous décidons de rentrer à l’hôtel. Demain, nous profiterons une dernière fois du parc EPCOT. Cliquez ici pour lire la suite de nos aventures !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s